Convention médicale 2016

NOUVELLE CONVENTION

le texte officiel intégral ici :  convention-2016

le diaporama de résumé ici : cir-24-2016annexe3

Les trois syndicats signataires : MG France, Le bloc, et la FMF ont décidé de mettre en action, pour des objectifs bien différents, la nouvelle convention, avant la date « butoir » du 25/08 mettant ainsi un terme à des négociations encore possibles et maintenues par la CSMF et le SML.
Une convention se présente toujours en tant que tentative de consensus et, à ce titre, reste bien en dessous des attentes des négociateurs médecins. Celle-ci ne fait pas exception à la règle.

Notre syndicat, en accord avec la motion votée lors de l’Assemblée Générale de Mars dernier, a soutenu l’augmentation  du CNPsy plus que la création de niveaux différents des consultations. Cette décision avait été choisie dans  l’esprit de l’AFPEP-SNPP, en conformité avec l’ensemble des pratiques cliniques de l’ensemble d’entre nous, et elle s’articule aussi avec nos axes de recherches et nos options théoriques.

Notre position se trouve validée par la novelle valeur du CNPsy.
Notons aussi qu’il s’agit d’une « vraie » augmentation et non d’une majoration réversible et soumise à discussions ultérieures.
Le passage de 37 à 39 € au 01/07/17 peut paraître décevant pour les deux chiffres : 2€ dans 1 an !
Pour autant, nous ne pouvons pas considérer faire partie des spécialités que la convention ne mentionne même pas, la somme et la date d’application correspondent à celles des autres spécialités « gagnantes » et la difficulté à obtenir cette évolution montre aussi les limites des discutions avec la CNAM, sous la surveillance de la ministre. Il convient de saluer, dans ce registre, le soutient de nos partenaires de l’UMESPE (branche « spécialistes » de la CSMF) qui ont su défendre nos revendications et tenir des arbitrages qui n’étaient pas joués d’avance, y compris à l’intérieur de la CSMF.
Les autres avancées, (consultations complexes, en présence de la famille, d’un tiers social ou médico-social revalorisée de 20 €, et avis ponctuel de consultant porté à 60€ puis à 62,50 au 01/06/18)  ont été reconnu faibles mais en relation avec le choix de privilégier le CNPsy.
Le refus de signer pour la CSMF, qui a contribué largement aux gains pour les spécialistes, correspond à l’analyse suivante : cette convention n’est pas aboutie, il faut obtenir de nouveaux avantages en restant une force de propositions, avant d’envisager une signature.
Nous devons aussi reconnaître qu’il reste surprenant de voir ceux qui ont dénoncé les propositions et les conditions de négociation décider de signer sans avancées suffisantes, selon leur propre jugement.
Nous remarquons aussi que le CAS, rejeté lors des élections dernières aux URPS, ne leur pose plus de difficultés une fois nommé « OPTAM » sans changement de mode de fonctionnement.

En conclusion, et avant les discussions que nous aurons ensemble, nous pouvons reconnaître avoir maintenu l’essentiel, être reconnus dans la manière de concevoir la pratique de la psychiatrie,  mais, bien entendu, la déception demeure concernant les modalités pratiques de cette convention.
Il nous reste donc à envisager les moyens de la faire évoluer.

Nous pourrons y revenir plus largement lors de la réunion syndicale du dimanche 9 octobre 2016 à Grenoble, à la fin de nos Journées Nationales. Vous trouverez ici le lien vers la plaquette d’annonce de nos journées, où figurent l’argument préalable  ainsi que la liste des intervenants.

 Dr Claude Gernez
Président de l’AFPEP-SNPP