Charte de la psychiatrie

Print Friendly, PDF & Email

Charte élaborée le 26 octobre 1980, au cours des Xè Journées Nationales de la Psychiatrie Privée.

Branche antique et particulière de la médecine, la psychiatrie, discipline des professionnels qui opèrent dans le champ spécifique qui est le sien, se fonde tant sur la science médicale que sur l’art qui lui est propre.

Engagée dans la réalité sociale, la psychiatrie se doit éthiquement de préserver à tout prix l’individualité et l’originalité des personnes qui se confient ou lui sont confiées.

Indépendants des idéologies, l’art et les techniques psychiatriques prennent en compte la personne dans sa totalité, avec ses aspects biologiques, psychologiques, relationnel et institutionnel.

La psychiatrie vise ainsi à rétablir le malade dans son être et dans la vie.

A cet effet, un contrat se noue, tacite ou explicite, dont l’objet ne peut et ne doit être que l’intérêt du malade, en dehors de toute contrainte étrangère, publique ou privée.

Dans le respect de la règle hippocratique, l’éthique de chaque praticien assure à chaque malade : secret, information, assistance, et, si nécessaire, conseil.

Ce principe n’admet aucune exception. C’est dire que la psychiatrie refuse solennellement de cautionner toute pression extérieure menaçant l’intégrité physique ou mentale du malade, que celui-ci en ait ou non clairement conscience.

Elle oeuvre à instaurer ou restaurer pour le malade un présent vivable et un devenir possible. Elle doit permettre au malade de trouver ou retrouver liberté, autonomie et responsabilité.

Les professionnels de la psychiatrie s’engagent solidairement à respecter et à faire respecter ces règles éthiques en tout temps et en tout lieu.


Manifeste de la psychiatrie libérale

La psychiatrie est la discipline médicale qui recouvre l’espace clinique de la souffrance psychique dans ses diverses expressions. Elle prend en compte l’homme dans sa globalité, corps et esprit, et sa subjectivité, son vécu et son histoire, au coeur de son réseau affectif et social.

Dans l’interaction du biologique et du relationnel, la psychiatrie considère un ensemble de causalités complexes et irréductible aux seuls paramètres objectifs, quantifiables. De par son objet même, la pratique du psychiatre ne peut se satisfaire du modèle médical habituel, s’enfermer dans des normes supposées établies, encore moins se perdre dans certaines dérives scientistes actuelles. Elle s’attache en priorité à restituer au sujet souffrant sa liberté de vivre, d’aimer et d’établir un rapport au monde ouvert et créatif, inscrit dans le lien social.

L’histoire de la psychiatrie française depuis un demi-siècle s’est caractérisée par une lutte incessante contre l’enfermement et l’exclusion, une volonté obstinée de désaliénation.

L’essor de la psychiatrie libérale témoigne au premier chef de cette dynamique dont elle constitue l’un des instruments majeurs.

Le psychiatre, dans son exercice libéral, intervient précisément avec ses caractéristiques d’indépendance, d’autonomie, de responsabilité personnelle dans la décision et la mise en oeuvre thérapeutiques, de confidentialité rigoureuse de la relation. Son intervention répond exclusivement à la demande du sujet qui garde à chaque étape la liberté de son choix et de sa démarche, dont le paiement à l’acte constitue l’une des garanties.

La disponibilité, l’implantation du psychiatre dans la cité et son accessibilité – y compris économique – facilitent l’élargissement et la précocité de la demande de soins, ce qui accroît d’autant l’efficacité de ceux-ci au regard des risques de décompensation, de perte d’autonomie et de désadaptation sociale.

Le psychiatre soigne avec ce qu’il est comme avec ce qu’il sait; il s’est formé et continue à se former dans une inter-évaluation et une remise en question permanentes, librement consenties et organisées.

Confronté à l’originalité de chaque situation de souffrance dans la surprise répétée de la rencontre avec le patient, admettant l’existence d’un insu toujours à déchiffrer, le psychiatre doit préserver à chaque instant sa capacité d’innovation pour se maintenir au plus près de la réalité de chacun.

Prétendre l’enfermer dans des procédures standardisées et des modèles intangibles ne saurait que compromettre gravement les ressorts mêmes de son efficience.

Nous, psychiatres libéraux, ne pouvons transiger sur ce qui fonde la qualité même de nos soins.

Texte établi le 10 avril 1995


Présentation de l’AFPEP-SNPP par Gérard Blés

Depuis vingt-cinq ans, le Syndicat National des Psychiatres Privés rassemble des praticiens qui non seulement partagent des modalités d’exercice spécifiques, qu’elles soient libérales ou institutionnelles, mais aussi une conception des soins qui privilégie le destin personnel du patient à l’écart des préoccupations d’un ordre social qu’ils n’ont pas pour mission prioritaire d’assurer même s’ils tiennent bien évidemment compte des retombées socio-économiques de la maladie. Quatre ans de réflexion clinique, théorique et éthique dans le cadre de l’Association Française des Psychiatres d’Exercice Privé ont préludé à la création du S.N.P.P., lui donnant sa raison d’être : inscrire dans la réalité médico-sociale quotidienne les principes d’indépendance ainsi dégagés.

Une indépendance qui pourtant ne va pas de soi dans la mesure où nous sommes quotidiennement engagés dans des rapports de force avec nos tutelles, à travers le système conventionnel mais aussi un ensemble de dispositifs réglementaires qui font parfois fi des véritables besoins de soin, dont notre pratique nous rend probablement les plus à même de mesurer toute l’étendue et la diversité.

Une indépendance que nous nous devons donc de défendre pied à pied en réaffirmant à chaque étape le primat du soin sur l’administratif et l’économique – sans prétendre pour autant ignorer les contraintes socio-économiques de la collectivité à laquelle nous appartenons. C’est pourquoi aujourd’hui nous entendons voir réaffirmées la liberté d’accès aux soins comme la stricte confidentialité auxquelles ont droit nos patients, ainsi que l’autonomie de la démarche soignante dans les institutions où nous intervenons.

Hier, c’était l’existence même de la psychiatrie privée en tant que telle qui était en jeu. Aujourd’hui, si personne ne peut plus la contester, si même elle est devenue, dans ses modalités de pratique,un modèle de référence pour la discipline, les méconnaissances ne s’en perpétuent pas moins qu’il nous faut inlassablement remettre en question. Peut-on ainsi accepter que la démographie des psychiatres soit assignée à régression d’ici cinq ans alors que l’on déplore en même temps aussi bien le déséquilibre public/privé que les disponibilités insuffisantes en matière de prises en charge psychothérapiques ? Force nous est de nous plonger dans cette nouvelle mêlée en nous attaquant à des travaux d’épidémiologie dans lesquels notre apport peut être précieux pour autant qu’on nous en donne les moyens.

Dans le contexte socio-économique de restriction que nous vivons, les tâches syndicales se multiplient. Dont la plus « élémentaire » demeure de permettre à chaque psychiatre de vivre décemment de sa pratique, qu’il s’agisse de la valeur de notre acte de consultation, des normes d’exercice ou, dans un autre domaine, des conventions collectives qui régissent notre exercice salarié.

Toute votre équipe syndicale s’y adonne avec assiduité, voire même avec passion. Mais sa force essentielle vient de votre adhésion comme de votre participation et de tous les échanges que nous partageons.

Gérard BLES *
Ancien président de l’AFPEP-SNPP
juillet 1999

* Gérard Bles, qui fut aux fondements de cette double association, a oeuvré inlassablement pendant plus de 25 ans pour la reconnaissance de la pertinence et de l’honorabilité de la psychiatrie privée.