Notre force… Dernier message en tant que président de l’AFPEP-SNPP

Notre force,

Le premier avril, les tarifs opposables de nos honoraires vont augmenter d’une manière significative. Ce résultat est dû à la place que l’AFPEP-SNPP a su se donner en rejoignant Avenir Spé qui est le seul syndicat de spécialistes capable de reconnaitre les spécificités de chaque spécialité.

Avenir Spé et l’AFPEP-SNPP sont les seuls artisans de ces revalorisations.  

Cette position a été atteinte grâce à un travail collectif intense mené par notre Conseil d’administration, avec la volonté de respecter la pluralité des points de vue exprimés au cours des débats. Ceci nous permet d’affiner nos prises de positions politiques afin de porter au mieux votre voix, et de situer le discours de notre syndicat au plus près de ce que vous souhaitez faire entendre. Nous avons mené une action déterminée pour la pédopsychiatrie ; nous avons encore à promouvoir la gérontopsychiatrie, pour une population dont les besoins spécifiques vont et iront longtemps grandissant.

Notre pensée n’est pas monolithique contrairement à ce qui se passe dans d’autres structures syndicales, plus proches des pouvoirs étatique et financier que de leurs adhérents.
Notre force nait de notre diversité et de notre capacité à respecter la pensée de chacun.
Cette force, qui existe dans le soin que nous apportons aux autres.
Parler du soin, c’est parler avant tout de reconnaissance et de respect, envers ceux qui souffrent. Le soin aux autres ouvre la parole. L’arbitraire la ferme et fige la pensée.
Notre pratique est avant tout à visée de soins, dans une vie où l’autoritarisme et la maltraitance s’imposent trop souvent.

La situation actuelle du monde en est un triste exemple. Notre force est d’être vigilants face à toutes les dérives, en particulier dans le monde du soin malmené par des politiques basées sur le profit, de quelques-uns, au mépris du bien commun. Nous combattrons toujours l’intolérance et le mépris d’autrui. Notre force vient de cette ouverture de l’esprit. Notre place et notre action de psychiatres restent indispensables pour la société, du niveau le plus intime à celui du collectif.

Nous insufflons notre message dans les Unions Régionales des Professionnels de Santé (URPS) pour les Médecins libéraux, la Fédération Française de Psychiatrie (FFP) et le Conseil National Professionnel de Psychiatrie (CNPP). Nous soutenons le combat pour préserver les CMP, CMPP et autres structures menacées alors que l’on accuse les médecins d’être responsables des déserts médicaux. Nous refusons l’imposition d’une conception populationnelle à la médecine libérale : les patients ne sont pas des produits à traiter et les psychiatres de simples exécutants.

Aujourd’hui, c’est mon dernier message en tant que président de l’AFPEP-SNPP. Je tiens à remercier le Bureau et le Conseil d’administration de m’avoir aidé avec intelligence de vie et humanité. Je tiens aussi à vous remercier, Chères Consœurs, Chers Confrères, d’être de plus en plus nombreux à nous rejoindre.
Enfin, je souhaite à la nouvelle équipe qui se mettra bientôt en place de connaitre la paix et l’harmonie si propices à la réussite.

Docteur Michel Jurus
Président de l’AFPEP-SNPP