6/04/2018 : DPC : Souffrance au travail des médecins spécialistes libéraux : spécificités des situations cliniques complexes et de leur prise en charge

Session DPC à Reims, le vendredi 6/04/2018, la veille du séminaire de printemps « Croire n’est pas penser »

Session 39731800007

Objectif :

La souffrance des médecins dans l’exercice de leur profession alerte différentes instances, du Ministère de la Santé au Conseil de l’Ordre National, et les structures mises en place pour répondre à ce qui apparaît de plus en plus comme un problème de santé publique, insistent sur la difficulté de la prise en charge initiale. La méconnaissance de leur trouble caractérise les praticiens confrontés à cette pathologie, retardant ainsi l’accès aux soins, au risque d’un état dépressif avéré, qui explique pour une bonne part l’augmentation des suicides de médecins.

L’objet de cette formation vise à comprendre la spécificité de la psychopathologie en jeu, à commencer par l’isolement, signe d’appel du début du processus de débordement professionnel. Ceux qui se trouvent dans cet état prétextent un surcroit de travail, souvent lié à l’absence temporaire d’un confrère. La notion de dénégation s’applique dans ces cas, en effet le sujet ne remet pas en cause le bien-fondé de son comportement, se plaint d’un accroissement de son temps de travail et surtout de la pénibilité, devenue insupportable, des obligations administratives. L’inhibition à commencer une journée de travail devient de plus en plus pesante.
La première partie de la formation porte sur cette question de la dénégation, ses explications et le mode éventuel de prévention qui pourrait y remédier.

La seconde partie examine la prise en charge des sujets à un stade plus avéré de la pathologie, on peut constater alors un clivage entre les capacités cognitives valorisées et les mouvements affectifs en déshérence. Dépassé par son activité obsédante, le praticien présente un « surinvestissement opératoire » son champ de conscience et son activité se tournent vers des actes techniques, en dehors de toute innovation ou geste créateur. A ce stade, le désinvestissement affectif entraine des difficultés dans le cadre familial et amical, le sujet risque alors d’inverser les causes et les effets et en vient à rendre l’entourage responsable de son malaise. Ce mécanisme de renversement peut entrainer un effet bénéfique : les problèmes familiaux incitent une demande d’aide et initient une démarche vers un spécialiste.

Partant de vignettes cliniques, la réflexion se porte sur les « systèmes complexes » appliqués à la prise en charge de ces patients en incluant leur spécificité. L’arrêt de l’automédication et ses modalités s’envisagent au début du travail. La notion de complexité aide à démêler l’inversion des causes et des effets impliqués dans ce processus particulier de dépression. Mais surtout, le concept de système complexe permet de respecter le paradoxe de ces situations, le sujet, à son insu, tente de se « soigner » par ce qui le met en péril : l’hyperactivité professionnelle.

Cette formation propose des lignes de perspectives qui visent à servir de référence pour des situations difficiles, qui impliquent particulièrement la subjectivité du soignant, loin de définir un schéma standardisé. Les repères proposés servent à respecter la spécificité et l’évolution psychique propre à chaque sujet, avec l’objectif d’un traitement adapté pour se montrer efficace.

 


 

COMMENT S’INSCRIRE À UNE FORMATION DPC

 
Comme pour toute formation DPC officielle, l’inscription se fait sur le site www.mondpc.fr.
Vous devez :

  1. créer votre compte personnel sur www.mondpc.fr (site Internet de l’ANDPC dédié aux professionnels de santé) ;
  2. « rechercher action » et entrer la référence de l’action numéro 39731800007 (ou la référence organisme 3973 pour retrouver tous nos DPC)
  3. vous inscrire à la session du programme de DPC en ligne, depuis votre espace personnel.

Si vous avez des problèmes pour vous inscrire sur le site www.mondpc.fr vous pouvez contacter Rania Gard au 01 43 46 25 55.